Fi Network

Claire Voisin, la conquête de l’algébrique

14.07.2017 Fi Network

Le 23 mai 2017, le prix Shaw de mathématiques a été décerné à Claire Voisin et János Kollár. Pour la Française, cette récompense prestigieuse – ces prix sont considérés comme «les prix Nobel asiatiques » – vient s’ajouter à la médaille d’or du CNRS reçue en décembre 2016. Voici le portrait que nous avions consacré alors à cette artiste des maths.

Spécialiste de géométrie algébrique, directrice de recherche au CNRS à l’Institut de mathématiques de Jussieu jusqu’en juin dernier, désormais professeur au Collège de France, Claire Voisin, 54 ans, pourrait philosopher sur son métier pendant des heures. D’ailleurs, c’est avec la philo qu’elle a d’abord accroché au lycée. À l ‘époque, la poésie occupe aussi son esprit. Les maths, en revanche, n’ont pas d’emblée obtenu ses faveurs même si cela viendra assez vite.

À force de chercher, en compagnie de son père polytechnicien, les mille implications des théorèmes de base de la géométrie plane, tels ceux de Thalès ou Pythagore, à force de dévorer, dès l’âge de 15 ans, des livres de maths « qui traînaient à la maison ». Le chômage soudain du père de famille lui vaut de recevoir une bourse d’État pour poursuivre ses études. Après deux années de classes préparatoires, où les mathématiques deviennent enfin assez intrigantes à son goût, elle entre à l’ENS en 1981, à 19 ans. « J’avais un salaire, c’était formidable ! Ce salaire, je l’ai pris comme un message qui signifiait : on est content que vous fassiez des études, profitez-en ! »